el laboratorio


CQFD

Mu des nues,
par un rayon gamma.
Un sigma perdu
devient lambda.

Un epsilon, qui existe
lui remonte le moral
Et lui parle du signe
des intégrales ...

Quelques instants t,
plus tard.
Un CQFD, bien carré
met fin à l'histoire.

 

 

 

pastis51 (11/10/2008)


14/08/2012
0 Poster un commentaire

je ris ...

Je ris de mes idées

nées jeunes et jolies

si vite dépucelées

par l'aigreur de la vie

 

Je ris de leur malheur

comme je ris du mien

cela me panse le cœur

du leur comme du mien

 

Je sais que la vie est belle

elle est juste et impartiale

c'est l'homme le problème

et il n'y a pas de remède ...

 

Et j'en ris de plus belle,

tout en regrettant mon sort

j'aurais du naître faune

ou flore, les racines en terre

 

Je ne sais pas si j'aurais

de l'estime pour moi-même

mais comment faire pire

qu'homo-sanguinaire-sanguinaire ?

 

 

 

pastis51 (12/07/2010)


16/04/2012
0 Poster un commentaire

post-it

La vie est un long mur vide, sur lequel on vient coller des post-it. Ils sont là posés, pêle-mêle, neufs et fiers ou vieux et recroquevillés. Certains restent pour toujours, d'autres finissent, un jour ou l'autre dans la corbeille de l'oubli. Une expo d'art moderne, en perpétuel vernissage, aux grès du temps taquin et de nos envies les plus enfouies.

 

Ce que nous sommes dans cette vie est-ce que nous laissons transparaître de ce mur, cette vitrine qui nous est propre et qui laisse entrevoir notre propre méli-mélo de ratures au blanco, sur un fond jaune fluo : une succession d'instants immortalisés, mémorisés (et bien déformés par la mémoire), mais toujours affectueusement préservés ... Dans ce tas, ce que nous sommes vraiment nous reste complètement intangible, à part peut-être quelques post-it bien familiers, toujours visibles, quelque soit le point de vue, l'humeur ou le temps ...

 

Ce soir, un spot de lumière vient illuminer une parcelle de mon mur, que je ne connais que trop bien: celle où ton premier post-it fut posé ... Je vois ton nom fuir la lumière du regard et me tourner le dos, comme à chaque fois. Tout en caressant délicatement l'envers de sa bande adhésive, du bout du doigt, je me pose toujours la même question : combien de temps tiendra-t-il encore ?

 

 

pastis51 (22/01/2009)


16/04/2012
0 Poster un commentaire

une histoire de pommes

Coup de théâtre, aux portes du ciel : Satan capitule, sans conditions.

Pour mettre son repentir à l'épreuve, on décida de lui faire avaler le serpent.

On fit appel, au plus véreux des cuistots chinois, tombé pour date limite de consommation :) On tint Ève, à l'écart ... simple mesure de précaution.

 

Quand Satan, finit, ce qu'il prit pour un festin ... Adam, le ton sournois, lui demande :

 

"Une pomme pour la digestion ?"

 

 

pastis51


16/04/2012
0 Poster un commentaire

Astronomade

Saturne, ça "turne".

Un houlahoup nocturne.

Un soir de pleine lune.

 

Venus, brûle.

Mars, jubile.

La belle se déshabillera-t-elle ?

 

Pluton, boude.

Pauvre petit vilain

canard de la famille !

 

La terre, elle.

Danse du ventre ...

Sur un air de big-bang originel.

 

 

pastis51 (26/01/2008)


16/04/2012
0 Poster un commentaire

MAC125

Salut ... Oui toi ... salut !

Viens donc t'asseoir un moment ... dans le sofa rouge là ...

Allez viens ! Tu attends quelqu'un c'est ça ...

A en croire les roses, c'est une femme ?

Oh ... tu sais, ça fait quelques années que je vis ici, dans ce centre commercial.

Je sais reconnaître les rendez-vous d'amour et les déjeuners d'affaire et les gens sympa comme toi ...

Oh ... t'as pas à me remercier, tu sais ... les gens vrais comme toi ça court plus les super-marchés !Tiens, hier soir, la nouvelle assistante se tapait le patron, sous mes yeux, à 4 heures du matin ...

L'autre jour, un barbu s'est jeté du 4ème étage, il est tombé dans le jardin d'hiver ...

Il s'est cassé tous les os mais il n'en est pas mort ...

Et le fou du quartier bijouterie ... celui qui se trimbale avec un poisson et qui cherche la bague ...

Et les putes du deuxième et les flics en civil du rez-de-chaussée et ... et ...

Les gens qui prennent encore le temps d'acheter des roses pour leurs chéris ... ça c'est de l'authentique !

Ah c'est pour votre mère ! C'est la fête des mères ?

Bah oui ... tu sais depuis que ce fichu afficheur digital ne marche plus, je ne sais plus la date ...

Tu sais pourquoi la maman est très importante dans la vie d'un gars ?

Et ben je vais te le dire moi : c'est parce que c'est la première femme avec qui il aura vécu, malgré tout ce que pourrait en penser sa femme !

Un vécu qui remonte aux ères ombilicales ...

Oui ... pour ça oui tu as raison, elles sont toujours en retard mon ami !

Allez je t'offre un petit café, en attendant, tiens je vais même te servir ...

Alors ... je te conseille le moca, le mec de la maintenance vient juste de mettre des capsules fraîches.

Sans sucre ? ça marche !

Non ... non ... j'insiste c'est moi qui offre ! J'ai pas le droit d'en prendre quand je suis en service, mais ... je peux très bien inviter les amis, de temps en temps ...

Comment je fais ? Tu sais quand on fait ce boulot depuis bientôt 20 ans, on en entend des histoires et on en apprend des magouilles.

J'ai le droit à un bug par mois, alors le café que je t'offre, c'est le patron qui paiera demain matin.

Comment je m'appelle ?

T'en penses quoi toi ?

Difficile à dire hein !

Bon je vais juste te dire mon prénom, parce que mon nom de famille s'écrit en binaire et ça va être un peu long à dire: je m'appelle MAC125 : Machine A Café N°125 ...

 

 

pastis51 (2008)


16/04/2012
0 Poster un commentaire

Informatisation quand tu nous tiens (*)

- Logiciel ... Logiciel !

- Quoi encore Arc-en-ciel ...

- Le Bigboss veux te voir.

- Il manquait plus que ça ...

- Logiciel ... c'est quoi ses manières ?

- D'accord ... j'y vais tout de suite. Laisse-moi juste le temps d'appuyer sur entrée ...

- Non logiciel ... nous avons ordre de ne plus toucher à rien, le temps que la raison de tout ce remue-ménage soit élucidée ...

- Mais ... Arc-en-ciel ...

- Il n'y a pas de mais qui tienne, le Bigboss n'a jamais attendu personne et c'est pas aujourd'hui qu'il va commencer ... allez !

 

Arc-en-ciel prit Logiciel par la grappe et le posa sur le long corridor qui mène à la salle du trône. Quelques pas hésitants plus tard ...

 

- Arc-en-ciel, mon enfant ... entre donc.

- Logiciel, demande audience auprès de vous Bigboss ...

- Mes respects Bigboss ...

- Logiciel, qu'est-ce qui se passe avec le temps ?

- Rien de bien grave, Bigboss ... on a perdu les dernières sauvegardes, mais nous travaillons pour tout reconstituer ...

- Et depuis quand on perd des sauvegardes du temps, Arc-en-ciel ...

- ...

- Si vous permettez Bigboss, je peux vous répondre : ce sont les aléas de l'informatisation. Dans le temps, nous perdions les sauvegardes du temps, à cause des incendies ou des grèves ... N'oubliez pas les fournaises qui brûlent juste à côté ... et le nombre d'ouvriers mécontents ...

- Oui ... et j'ai accepté le jeu de l'informatisation, sur la base de ta promesse que toutes ces histoires de sauvegardes perdues seraient de l'histoire ancienne ...

- Sauf votre respect Bigboss, c'est la première erreur système depuis son lancement, il y a de ça quelques éternités ... Nous sommes passés à un risque presque nul ... Je ne défends pas mon idée, je vous expose juste les faits ...

- La situation actuelle ?

- Tout a été géré selon vos ordres : le temps a été suspendu. J'étais sur le point de le remettre en marche, dés que j'ai pu reconstituer la meilleure situation courante ...

- La situation est réglée alors ?

- Pas tout à fait ... Bigboss ...

- Comment ça pas tout à fait ...

- Il faut juste que j'aille appuyer sur entrée et ...

- Et quoi ?

- La meilleure situation courante que j'ai pu reconstituer remonte à ...

- On a perdu combien de temps ?

- ...

- Logiciel, je veux une réponse tout de suite ... quelle époque ?

- ...

- Les romains ?

- ...

- Les pharaons ?

- ...

- Logiciel ... je jure par ce trône que je ferais de toi un nouveau Fils-de-terre, si tu ne me dis pas tout de suite ce que je veux savoir ...

- Adam et Ève, Bigboss ... nous sommes à la case départ ...

 

 

 

(*) : Toute ressemblance avec des personnages ayant existé ou supposés l'avoir été est totalement fortuite ... enfin si on veut :)

 

 

pastis51 (20/03/2008)


16/04/2012
0 Poster un commentaire

de la vie et de l'amour

Quand la vie vous prend à la gorge, ne prenez pas peur.

Elle ne fait que reprendre ce que lui appartient.

Quand elle plonge son poignard dans votre cœur.

Souriez, vous êtes pris en flagrant délit d'amour.

Quand enfin elle le retire doucement ...

Souvenez-vous, des larmes que vous aurez versées.

 

Quand la vie revient.

Rappelez-vous qu'elle s'en va aussi souvent.

Quand elle est belle et si rebelle.

Prenez son large et surfez ses vagues.

Quand elle est rose.

Buvez son sang et mangez son corps ...

 

Et quand la vie est hardcore ... mettez du Fairouz :)

 

 

 

pastis51


12/04/2012
0 Poster un commentaire

Smoking does not pay !

- Code 31, je répète nous avons un code 31 : individu de sexe mâle, type caucasien, positif à la nicotine. Dernier contact visuel au coin de la "26ème" et de "Gates", il y'a 30 secondes.

- Ici F12, on est sur place. Contact visuel établi, on reprend la filature, terminé.

 

Dans le coin droit de sa visière, F12 voyait la cible bouger : une minuscule boule de chaleur trahie par son rayonnement infra-rouge, avançait à petits pas. En arrière-plan, une neige diffuse en vert fluo indiquait les restes d'une combustion tabagique.

 

F14 et F16 étaient déjà sur place, un plan fût mis en place à la lumière de l'architecture environnante.Les trois soldats avançaient comme un triangle se serrant telle une étau, autour de son centre de gravité : la minuscule boule de chaleur, qui grossissait au fur et à mesure.

 

Au point de rendez-vous, seul un baril en flamme se tenait debout. Un mégot écrasé dans un cendrier, posé à même le sol, fumait toujours ... F12 lisait l'inscription sur le cercle jaune tracé sur le sol, tout autour de la scène du crime : Public Smoking Area - closed in 2069 ...

 

 

 

pastis51


12/04/2012
0 Poster un commentaire

Divagation

La perdition me poursuit, elle hâte ses pas pendant que mes dernières forces m'abandonnent. Je finis coincé dans l'impasse de mon obstination, je m'adosse au mur de ma solitude et regarde la bête dans les yeux. Comme pour lui dire que je ne mourrai pas de peur et qu'elle aura à me dévorer vivant.

 

Elle sourit, comme un lion prêt à donner son baiser de la mort. Je ne pouvais m'empêcher de maudire sa force et mon impuissance. Bientôt je n'aurais plus ce complexe d'infériorité, bientôt je n'aurais plus soif de vengeance. Bientôt je mourrais en homme et je ne serais plus rien.

 

Ça y est. La voilà qui enfonce ses crocs dans ma tendre chair, je vis la scène mais je ne ressens rien. Suis-je déjà mort ? Je ferme les yeux et je me réveille les yeux grands ouverts: ce n'était qu'un rêve. Et je souris à l'idée de pouvoir encore errer dans les plaines de ma perdition.

 

 

 

pastis51


12/04/2012
0 Poster un commentaire


 
Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs