Versets Cyniques

"To be born again, first you have to die !"*

* Take it at your own risk, since nothing says you would be !


Perplexité

penseur.png

 

Je pense donc je suis,
des idées fugaces,
que chasse l'oubli.
Comme un croupier ramasse,
"Des Cartes" brûlées,
couchées sur un tapis.


Je souffre donc je vis,
des siècles de misère,
que l'histoire redit.
Sempiternelle récit,
qu'Homère a repris,
et que les dieux ont écrit.


Je meurs donc je fus,
à force d'avoir été,
celui qui n'a rien eu !
Je meurs donc je fuis,
l'enfer de la terre,
vers quel paradis ?


12/10/2015
0 Poster un commentaire

le silence tue

 

 

~

 

Le règne du silence
s'achève enfin ce soir
On dresse sa potence
dans l'épais brouillard
Demain, à la première heure
il sera déjà bien mort
Et victoire sera dite
dans la langue du plus fort.


Ce soir ma plume trempe
dans le rouge de mon coeur
Demain, sur son cadavre
elle dansera des heures.
En lettres capitales,
elle le marquera au fer :
"Vive la république
où le silence est mort !"


08/10/2015
0 Poster un commentaire

le silence des agneaux

 

~

 

"Le roi est mort,

vive le roi !"
Crie la foule,
ivre de joie ?
Le nouveau vizir,
déjà prêt à l'emploi,
la regarde de haut,
le sourire narquois !


A chaque bon dieu,
son commis prophète,
ils vont de pair,
comme queue et tête.
Le premier trône,
le second gouverne,
et au nom du monarque,
tout le monde trinque !


"Dieu est mort,
vive Dieu !"
Chante la foule,
en quête de foi ?
"Coule à outrance
ô sang mécréant !
Et au bout des potences,
dansez parias !"


"Le roi est mort,
vive le roi !"
Rumine le peuple,
avide de dictas !
"Dieu est mort,
vive Dieu !"
Jubile une foule,
d'imbéciles heureux ...

 

~


02/10/2015
0 Poster un commentaire

genuine father to son ...

 

 

Fils, je te renie,
toi qui n'es plus cher,
que tous ces univers,
que j'ai fait en chimères !
Je t'y envoie paître,
l'essence de ton être,
survivre à ton sort
et craindre la mort !


Je t'abandonne,
comme une éponge
qu'épuisé, l'on jette
quand le rêve s'arrête !
Je te livre à toi-même,
à ton égal cannibale,
et à ton fardeau fatal,
fait d'envie et de morale !


Fils, je m'en vais,
là où guère je n'aurai
à répondre de mes actes,
de t'avoir fait si laid !
A défaut de te tuer,
je te laisse la terre,
et les clés du ciel ...
et la guerre fera le reste !


01/10/2015
0 Poster un commentaire

Balbutiements Premiers

singes_small.jpeg

 

Toi qui marches,
dis-moi ce que tu cherches,
au bout de ton élan ?
Crains-tu cette avalanche,
que tes propres pas déclenchent,
dans ta fuite en avant ?

 

 

Toi qui regardes,
peux-tu vraiment savoir,
si jamais tes yeux te mentent ?
As-tu envie de voir,
ou de rester sur tes gardes,
et croire ce qui t'enchante ?

 

 

Toi qui parles,
veux-tu te faire entendre
ou juste faire du bruit ?
Ton mal te brûle les lèvres,
ta langue de bois t'étrangle,
Et tu parles de compromis !

 

 

Toi qui ouïes,
les mots dans le silence,
entends-tu les maux enfouis ?
Entre les lignes de ta vie,
lis-tu ? Ou dans l'ignorance
penses-tu mener la danse ?

 

 

Toi qui respire,
l'éther pesant dans les airs,
t'enivres-tu de ces vapeurs ?
Ou t'étouffes-tu dans la vertu,
que la fable a moulu,
en un fer qui t'accable ?

 

 

Toi qui vis,
cette ère dite nouvelle,
faite des mêmes idées rebelles ...
Dans ta quête de revanche
de qui te venges-tu,
d'autrui ... ou de toi-même ?

 

 

Toi qui es venu,
dans ce monde malgré toi,
qu'es-tu donc devenu ?
Ce qu'on a fait de toi ?
"Sinon contre ton gré,
du moins à ton insu ?"


29/09/2015
0 Poster un commentaire

 
Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs