Divagation

La perdition me poursuit, elle hâte ses pas pendant que mes dernières forces m'abandonnent. Je finis coincé dans l'impasse de mon obstination, je m'adosse au mur de ma solitude et regarde la bête dans les yeux. Comme pour lui dire que je ne mourrai pas de peur et qu'elle aura à me dévorer vivant.

 

Elle sourit, comme un lion prêt à donner son baiser de la mort. Je ne pouvais m'empêcher de maudire sa force et mon impuissance. Bientôt je n'aurais plus ce complexe d'infériorité, bientôt je n'aurais plus soif de vengeance. Bientôt je mourrais en homme et je ne serais plus rien.

 

Ça y est. La voilà qui enfonce ses crocs dans ma tendre chair, je vis la scène mais je ne ressens rien. Suis-je déjà mort ? Je ferme les yeux et je me réveille les yeux grands ouverts: ce n'était qu'un rêve. Et je souris à l'idée de pouvoir encore errer dans les plaines de ma perdition.

 

 

 

pastis51



12/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres

 
Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs