monologue

Dans ce vaste royaume où tu règnes toujours en reine, cet univers que tu tiens par les rennes et qui se plie à tes moindres désirs, ce soir, je ne trouve que moi pour parler de toi. Alors je me parle de toi, et dieu ce que j'aime me parler de toi ... Moi qui te languis depuis le temps, au nez de la dictature du temps, traître temps ... ou traître de moi, va savoir ...

 

Je me parle de toi, rien qu'entre moi et moi ... et peut-être bien toi, si tu es bien là quelque part, dans mon cœur ... je t'aime mon cœur. Je me le dis à moi-même et ça fait déjà mon bonheur. Moi le gardien du temple, où l'amour fait religion au nom de ton prénom.

 

Je me raconte le crépuscule dans ton sourire, la nuit et le jour dans un battement de tes cils, et ce ciel plus bleu que ne peuvent les cieux et qui coule de source depuis ton regard ... Je me raconte tout ça, en long et en large et je m'enivre de toi à tort et à travers et jusqu'à en mourir... de soif, de toi, qui n'es pas là ... si ce n'est bien là, quelque part dans mon cœur.

 

 

 

pastis51 (25/01/2009)



16/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres

 
Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs