pardon

Goutte par goutte le ciel s'égoutte,

Lave nos péchés et lustre nos voutes.

Son mal est profond et grande est sa déroute.

Pour pleurer ainsi De Casa à Beyrouth.

 

Missile par missile, les hommes viriles,

Déchirent sa cape de mille projectiles

Et souffre le ciel d'une guerre futile

Pour quelques millions de maudits barils.

 

Flocon par flocon il peint de blanc

Le feu et le sang de nos guerres des cent ans.

D'une main de maître à l'immense pardon

Il s'obstine à gommer nos délits flagrants.

 

 

 

 

 

pastis51(14/10/2008)

 



12/10/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres

 
Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs