Pseud'homicide

Toi, cet autre moi, traître de ton état. Aujourd'hui ton procès sera fait.
Regarde ton bûcher, reposer en paix; puisse ton triste devenir te tourmenter.
Aujourd'hui tes quatre vérités, te seront dites et justice sera enfin faite.

Coupable de croire en un autre nous, qui a fini par nous séparer.
D'élire patrie dans un coeur volage qui s'est enfin envolé.
De nous nuire à travers ton désir d'amour absolu, autre que le notre.
Coupable tu es de nous pervertir, nous ces autres toi et moi.
De nous traîner dans la boue, à cause de cet autre nous, qui nous aura tout pris ou presque au passage.

Coupable tu es, nous en sommes tous juges et partis ; et désormais, tu n'es plus des notres.
Que la sentence tombe plus preste que la nouvelle aube : toi le vendu pour un regard, aujourd'hui j'allumerais ton bûcher de mes propres mains ... si ce n'était ce regard.

 

 

1881 (27/01/2010)



03/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres

 
Paperblog : Les meilleures actualités issues des blogs